Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vie d'un étudiant de 42

Difficile de travailler en groupe à 42

20 Février 2016 , Rédigé par Guillaume Bersac

A 42, on a un forum dans lequel on peut discuter avec le staff et les autres membres de l'école. J'y ais posté ce message :

Alors que la plupart des nouveaux projets de 42 sont prévu pour être en groupe, mon expérience de ceux-ci (ainsi que celle de nombreuses personnes que j'ai rencontré) est loin d'être satisfaisante.

De nombreux problèmes se posent :

  • il est difficile de trouver des collègues : il faut que l'on en soit au même point dans l'arbre des projets, que la personne soit motivé pour faire le projet, soit disponible en même temps que toi...

  • Je trouve l'ambiance de travail à 42 "légère". Beaucoup de personnes viennent peu à l'école et/ou restent peu de temps et/ou passent leur temps à ne pas travailler. Alors qu'il est déjà difficile de trouver quelqu'un de disponible pour une projet, il l'est tout autant de trouver une personne fiable. Sans compter ceux qui n'ont tout simplement pas les compétence pour faire le projet.

  • la charge de travail est systématiquement mal repartie entre les personnes (loi de paretto: 20% des personnes font 80% du boulot).

  • régulièrement des personnes abandonnent, par incompétence, pour de raisons de stages, vacances, autres... Vous allez me dire : "il suffit de retry le projet". Sauf que non. Il est plus facile de finir le projet seul ou a 2 que reprendre le processus de selection de collègues à 0.

  • Je ne comprend pas que certains projets soient à faire en groupe. Il est tout aussi rapide de faire les choses seul que de perdre son temps à trouver quelqu'un, se synchroniser (Why Teams Don’t Work41)... Faite plus de projet solo, quitte a augmenter le tier de ces projets !

Pour ceux qui proposeraient la création de team aléatoires, si cela réglerai le problème numéro 1, cela amplifierais aussi les autres. Déjà que les gens se sentent insuffisamment impliqué dans un projet, se mettre avec des inconnus que l'on ne puisse pas sélectionner un minimum risque de nous mettre avec des personnes relax (la majorité à 42 ?) qui vont faire le minimum en attendant que les gens finissent le projet à leur place.

Voici la réponse officielle de Olivier Crouzet, le chef de l'équipe pédagogique de 42 :

Hello,

je pense que vous vous posez la question a l'envers

le problème n'est pas de savoir comment vous rendre le cursus plus facile à faire, mais quelles sont les compétences indispensables à votre carrière et pour lesquelles une confrontation à l'école est nécessaire.

Si on enlève les projets de groupe, vous ne saurez que travailler seul. Cela vous coupe d'une part des projets plus important en entreprise qui demandent du travail en groupe, et d'autre part cela vous fait privilégier des petites startup où vous serez autonome, mais lorsque le marché se tassera et que ces startup laisseront place à quelque chose de plus industriel, vous resterez sur le carreau.

Au bout d'un an de cursus environ, ou un peu plus, vous êtes à peu près autonomes techniquement. Sans projet de groupe, vous commencez a faire nettement moins de peer. Vous brassez moins d'idées, vous allez petit à petit vous renfermer sur vos thématiques préférées et les solutions que vous maitrisez. L'état d'esprit ouvert, curieux, de partage et de collaboration ne doit pas juste être un moment pour votre apprentissage à l'école, mais un état d'esprit qui perdure tout au long de votre carrière, et qui sera une composante importante de votre capacité à garder votre job.

Donc une chose est sure, vous devez relever ce challenge de la collaboration, du relationnel. C'est important pour votre futur. Des retours d'entreprise sur vos stages, les rares problèmes remontés sont quasi exclusivement des problèmes de relationnel, d'intégration. Les challenges à l'école sont faciles, souvent avec peu de contexte, et pas d'interaction extérieure. En entreprise c'est différent. Il faut faire avec les patrons, les designers, les comptables, les clients ... Le travail de groupe est omniprésent. Si c'est une difficulté pour vous, c'est qu'il vous faut travailler ce point là. Faites comme avec les problèmes techniques : discutez-en entre vous, faites des essais, échouez, recommencez. Le Retry n'est pas là que pour la technique mais bel et bien tous les paramètres qui assurent la bonne marche et la réussite finale d'un projet. Demandez aussi a Google, il y a plein de techniques et d'outils pour cela.

Je préfère très nettement un projet tiers 1 en binôme que le même projet tiers 2 solo. Il apporte de mon point de vue beaucoup plus de choses à votre formation. Tous les étudiants qui me parlent de leur expérience de collaboration avec HEC mettent systématiquement en avant l'aspect humain et relationnel comme principal enseignement de leur session, et l'impression que cela a agrandi leur horizon, ouvert des portes.

Alors oui, la flexibilité du cursus ne facilite pas les choses, notre communauté est hétérogène et tout le monde n'a pas les mêmes difficultés ni le même chemin à parcourir, mais cette étape est indispensable (sinon on aurait fait un cursus en 1 an, pas en 3). Cela veut dire aussi que vous devez conserver, entretenir, élargir votre cercle de relations durant toute votre scolarité, pour trouver le moment voulu les partenaires de travail.

Et je redis également que l'enjeu pour vous n'est pas le volume de connaissances que vous pourrez acquérir durant votre parcours. Ces connaissances seront tôt ou tard dépassées. L'enjeu est votre capacité à résoudre les problèmes, techniques bien sûr, mais aussi de toute autre nature, afin de mener un projet jusqu'au bout dans les contraintes et le contexte donnés. Assurément, quelqu'un qui a vu le plus de techno possible mais qui ne sait pas travailler en groupe (et ça, ça ne s'invente pas, il faut pas mal d'expérience), sera bloqué à un moment ou un autre. Quelqu'un qui n'a vu qu'une part des techno actuelles mais qui sait s'adapter et collaborer pour réussir sera mieux placé.

Je suis plutôt d'accord avec Oliver Crouzet, mais la grande différence avec les entreprises, c'est que dans les entreprises, les gens bossent. Ou sont au moins présent 7 heures par jour et font au moins semblant de mériter leur salaire. Ici beaucoup ne bossent pas et n'ont aucun scrupule à laisser bosser les autres. Ce n'est pas notre rôle d'aller motiver ceux qui préfèrent jouer à league of legend plutôt que d'aller travailler.

Et si il est plus facile de faire les choses tout seul plutôt qu'en groupe ou de chercher des partenaires, les élèves feront les projets seuls. Même si cela ne correspond pas à votre idéal de pédagogie 42.

Je ne poste pas les nombreuses réponses des autres étudiants de 42 qui sont globalement d'accord avec mon diagnostique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Florent 28/07/2017 23:41

Salut. Je lis pour la premiere fois ton blog. Je vais faire la piscine a partir de lundi. J'ai 27 ans, 5 ans de carriere en banque d'affaires derriere moi. Pour avoir trimé dans le professionnel avec ce même probleme, je confirme : Olivier a raison. C'est difficile à imaginer quand on sort de l'école, du lycée, mais c'est LE problème le plus important du monde... "comment bosser avec les autres ?" C'est pas une blague.

L'apprentissage le plus important c'est : comment faire progresser le projet vers notre but au sein d'une équipe... sans tout faire tout seul (il faut que tous les membres se sentent inclus, valorisés)... avec ceux qui bossent moins... avec ceux qui bossent plus... avec les contraintes des patrons qui comprennent pas forcément tout... avec la contrainte du temps (bien qu'elle ne semble pas exister dans le contexte de 42 mais est pourtant bien là, bien vraie)... etc.

C'est le plus gros problème du monde, c'est l'XP la plus importante du monde ! A ne pas prendre à la légère !!!!

Merci beaucoup d'avoir témoigné ici de ton expérience, qui nous aide bien des années plus tard.

Angeline 27/05/2017 09:24

Et oui nous sommes plusieurs à sourire en lisant "en entreprise les gens bossent ou font au moins semblant".
Pas vraiment, non.
Le pire c'est qui bossent ne sont pas forcément.plus efficaces que ceux qui font semblants.

Mais je comprends que la sensation de pédaler dans le vide soit désagréable.
Du coup, cet article m'a motivé à tenter les test de 42. Une pédagogie qui te force à collaborer, quitte à galerer, c'est très bien.

vraivie 21/11/2016 00:12

En entreprise t'es obligé de faire le projet avec un boulet qui va tout faire pour tout foutre en l'air car lui il veut se faire virer par exemple pour toucher des sous. Et toi t'as pas le choix de tout faire le boulot et si ça foire c'est pour ta pomme.

Tu peux pas juste faire le truc dans ton coin pépère dans la vraie vie à ton rythme...

vraibie 21/11/2016 00:08

"c'est que dans les entreprises, les gens bossent." vous n'avez jamais travaillé de votre vie en entreprise.

Guillaume 12/09/2016 10:43

Je découvre ce blog un peu tard, bravo et merci, c'est rare de trouve des expérience sur 42 (après la période piscine)

Comme disent les deux autres intervenants, la notion de travail en entreprise est hyper relative, qu'on soit dans le public ou le privé...

Guillaume Bersac 21/09/2016 21:59

Merci pour tous vos commentaires. J'idéalise probablement le monde du travail (là où je travaille actuellement plus où moins tout le monde bosse. Mais c'est peut-être parce qu'ils sont, comme moi, presque tous consultant où des internes triés sur le volet.

Toujours est-il que je trouve qu'il y a beaucoup moins de gens qui bossent à 42 que dans le monde du travail. En revanche si on compare à la fac en licence, je pense que l'on est sur des proportions plus ou moins similaires.