Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vie d'un étudiant de 42

Totale liberté

7 Septembre 2015 , Rédigé par Guillaume Bersac

Ce que j'ai pu dire sur l'organisation des projets à 42 n'a plus raison d'être depuis janvier 2015. L'organisation des programmes à 42 a totalement changé.

Il n'y a désormais plus du tout de deadline. Nous commençons les projets quand on veut et nous prenons autant de temps que nous le souhaitons pour les finir. Nous sommes totalement libre.

Pour accompagner cette évolution la notion de module a elle aussi disparue. Alors que l'avancement dans 42 était calculé en fonction de groupe de projet (réussir un ou deux projets par module de 6-8 projet suffisait à valider le module), maintenant on gagne des points d'expérience pour chacun des projets validés.

Car maintenant nous avons des points d'expérience, et nous gagnons des niveaux comme dans les jeux vidéos à chaque fois que l'on fini un projet.

Screenshot de l'intra de 42

Screenshot de l'intra de 42

Comme vous pouvez le voir le niveau de la personne est marqué en gros. Il faut atteindre le niveau 20 pour aller en stage de fin de parcours. Valider ce stage permet d'atteindre le niveau 21 qui donne le certificat de fin de 42 ! Nous n'avons pas de limite de temps pour atteindre ce niveau, on peut le faire en 10 ans si on veut (mais 3 ans recommandé).

Si il est agréable d'être complètement libre, cela a aussi un coût. Il est beaucoup plus dur de se motiver pour aller travailler. Aucune sanction ne tombera si vous êtes en retard, si vous prenez des mois pour faire un projet prévu pour une semaine, personne ne vous rappèlera à l'ordre.

Je sais de quoi je parle les 6 premier mois de ce nouveau régime ne furent pas trop productif : 5 projets en 6 mois seulement. Et je suis loin d'être le seul, dans ce cas, bien au contraire. Nombre de mes amis qui n'étaient déjà pas très bosseur avant ce nouveau régime ne sont plus vraiment présent à 42 et finiront cette école dans 10 ans.

Si vous envisagez de venir à 42 poser vous cette question : êtes-vous suffisamment motivé pour travailler en totale autonomie pendant 3 ans ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dedeye 02/06/2016 00:23

Bonjour,
Je viens d'entendre parler de cette école et l'idée m'intéresse beaucoup. Cependant je suis en licence de biochimie et je compte aussi rajouter ma passion pour l'informatique dans mes projets. J'aimerais savoir si c'est possible d'entrer dans cette ecole tout en poursuivant mes 2ans de licence.
Et surtout merci pour vos explications qui nous permettent d'en savoir plus sur ce système qui fait un peu un peu rêver ^^

Guillaume Bersac 08/06/2016 15:13

Tu es complétement libre, donc oui, tu peux continuer tes études de biochimie en parallèle. En théorie du moins, car il va être difficile de trouver le temps de faire les deux en même d'autant plus qu'il y a des black holes (certe très permissif), et qu'il est très facile de laisser tomber 42 vu le peu d'obligation qu'il t'impose.

Mais si tu es vraiment motivé et discipliné, tu peux le faire. Ce sera juste très dure.

Qunoa 04/11/2015 19:14

C'est tout les combien les exams à 42 ? Je pensais qu'une fois la piscine réussie il n'y avait que des modules ou projet à réaliser.

Guillaume Bersac 05/11/2015 23:02

Les examens sont toutes les semaines en ce moment, le mardi matin de 10h à 14h, mais ça change toutes les semaines. En piscine par contre, les examens sont le vendredi après midi.

Pour gagner de l'espérience, il y a les examens en c (qui comptent pour peu d'xp mais sont indispensable pour partir en stage et finir 42), les stages (obligatoire au tier et en fin d'étude + optionnel au milieu pour ceux qui travaillent) et éventuellement quelques partenariat avec d'autres écoles (surtout HEC). Mais le gros de l'xp se gagne par les projets.

Il n'y a plus de notion de module à 42.

Arthur 07/10/2015 09:37

Cette responsabilisation est cependant assez intéressante à mon gout.. Certes le degré de maturité nécessaire à la réussite du parcours est rehaussé, mais d'un autre coté ça peut éventuellement en motiver certains de manière très importante non ?

As-tu constaté cela autour de toi ?
Il peut y avoir un véritable coté addictif à ce système de niveau et de facultés... Bon après ça fonctionne bien mieux quand toute la communauté fait confiance à ce système, ça le crédibilise et peut donner de véritables élans chez les nouveaux, et conforter ceux obtenant les meilleurs résultats dans leur volonté de rester au top.

Il n'y a qu'à regarder justement les jeux vidéos comme world of warcraft et autres et l'addiction qu'il peuvent susciter chez les jeunes, mais aussi chez les moins jeunes ! C'est à mon avis le premier but recherché dans la décision de l'administration de 42, contourner les méthodes répressives pour générer une certaine addiction au travail, qui peut transformer une vie. (Beaucoup en sont là également !)


Tout est une question de confiance dans le système de valorisation..

Je connais ça dans un cadre encore moins formel, étant musicien, c'est en effet inquantifiable, et ça ne rimerait pas à grand chose de mettre un niveau sur sa capacité à jouer de la musique... Et pourquoi pas après tout ? Mais en tout cas le système de valorisation existe déjà, et on s'en rend compte simplement en pratiquant avec d'autres gens.. C'est exactement comme parler dans une autre langue avec quelqu'un, avec sa structure grammaticale propre, son orthographe, son vocabulaire..... Et quand on commence à pouvoir converser, avec les meme subtilités que dans notre langue.. On est pris dans cette envie inconditionnelle de progresser. Le nombre d'amis que j'entends répéter la phrase "il faut que je bosse", c'est à en remettre tout notre système éducatif en question ! Enfin je suis dans une structure où la plupart ont une envie irrépressible d'évoluer, d’engranger du savoir, de la maîtrise... C'est fou l'effet sur le quotidien ! Je me lève enfin en un seul réveil (alors qu'il me fallait plus de 30min pour me réveiller!) tous les jours environ 2h plus tôt que prévu pour bosser !

Mais tout ça c'est parce que j'ai véritablement conscience que j'avance, et qu'il ne tient qu'à moi d'avancer 2, 5, 10x plus vite. Et quand on passe le cap des 2, on à qu'un envie c'est se rendre compte à quel point on peut booster (je n'ai pas encore trouvé, pour l'instant je ne fais qu'augmenter la cadence !)


Si on imaginait que ce système était appliqué à toute une structure depuis l'enfance, la volonté d'avancer, et le degré de responsabilisation ne seraient-il pas bien supérieurs à notre système éducatif fonctionnant à travers l'oppression et la réprimande ? Et par conséquent les résultats, et la progression personnelle bien meilleurs ?


Des systèmes éducatifs basé sur la liberté des élèves et la création de projets alternatifs (recherche sur un domaine scientifique particulier par exemple) ont montré que de jeunes enfants progressaient de manière phénoménale dans de nombreux domaines, bien au delà du premier sujet (orthographe, logique, etc.)...

Quand on se rend compte à quel point certains passages de notre apprentissages peuvent se passer mal (quel pourcentage de la population s'est senti véritablement épanoui à travers sa scolarité…?), je pense que tester des choses au niveau d'écoles comme 42 qui se veut ultra progressiste, innovante, est on ne peut plus normal, impératif presque.
Je trouve dommage qu'on ne s'y prenne simplement pas plus tot, et que le système éducatif soit si peut evolutif. La moindre reforme fait hurler toute la france.. Ce qui en un sens est compréhensible, la stabilité est nécessaire pour le développement d'un enfant, et jouer avec le futur d'enfants "cobayes" à travers de nouveaux systèmes éducatifs est très délicats... Mais bon il y a tellement de choses qui ne vont pas et on se contente quand même vraiment d'une structure bourrée de défauts..... Grande question à mon sens tout ce débat.

Guillaume Bersac 10/10/2015 13:32

Il est possible de créer des projets qui pourront être fait par les autres élèves de l'école indifféremment des projets proposés par le staff. C'est ainsi que l'on a eu des projets sur la création d'application androïd, sur docker, sur le language ocaml et des épreuves de [rootme](http://www.root-me.org/).

Arthur 10/10/2015 11:48

Bien sûr ça ne m'étonne pas qu'il y ait eu un gros ralentissement.. Toutes les personnes ayant intégré ton école ont probablement toujours fonctionné avec le système des deadlines dans leur système éducatif, et donc avec tout le processus d'implication qui en découle.

Mais la mise en place de ce système est un risque à prendre pour simplement imaginer dépasser ça. Il faut maintenant que le système prenne et ne soit pas mort-né.. C'est tout à fait possible que ça ne fonctionne pas, mais ça peut aussi fonctionner très vite, tout ce dont cela a besoin c'est de reconnaissance.
Imaginons qu'une dizaine de nouveaux élèves s'impliquent à fond, en un groupe ultra motivé dès le début de leur intégration par exemple, et qu'ils valident très rapidement l'école et ainsi se fassent repérer par d'excellentes start-ups ou quelque chose comme ça.. Le système peut très vite prendre forme et motiver tous les nouveaux pour s'impliquer à fond et ainsi éliminer la tendance oisive. Et ainsi laisser place au travail "acharné" globalisé (même si je préfère ultra-impliqué, qui ne contient pas à mon sens une connotation péjorative de non respect du corps etc..)



A mon avis un autre bon point de ce système est de stimuler l'initiative personnelle, et donc la création de projets originaux, et pas simplement apprendre à répondre à un cahier des charges, dépasser tout cela, ce qui entre véritablement dans le monde actuel où la créativité est extrêmement valorisée. Il faut de plus en plus être le plus créatif, le plus en avant dans les tendances....


Tu as un moyen d'intégrer des projets extérieurs, des initiatives personnelles dans ton parcours à l'école 42 ? Que ton implication dans le monde du travail puisse compter comme une validation, et te faire gagner des points ? Parce qu'en soit on progresse parfois plus vite dans ce genre de contexte également, comme on peut être mené à aller chercher telle ou telle connaissance, maîtrise, pour garantir le succès d'un projet.

Guillaume Bersac 08/10/2015 14:32

Ce que je constate, c'est que les gens travaillent moins depuis que les deadline ont été supprimées. Après les gens continuent à travaillé, mais on est très loin tu travail acharné promis par 42.

Ensuite je vois des points positif dans cette nouvelle pédagogie : j'ai le temps de faire des projets à côté, certain peuvent travailler à côté pour payer leurs études.

Après 6 mois de cette nouvelle pédagogie où je n'ai que peu travaillé, je me suis retrouvé à bosser normalement, j'ai gagné en autonomie, c'est un bon point.
Ensuite je peux véritablement me concentrer sur les projets qui me plaisent vraiment et laisser les autres de côté, c'est un autre bon point et cela rejoint la notion d'épanouissement dont tu parlais précédemment.

Jackie 07/09/2015 21:19

Heureuse d'apprendre que vous tenez le coup à 42, car je connais un jeune, un peu présomptueux il est vrai, qui a tenu à peine un an ;-) Bravo !
Alors, qu'est-ce qui a motivé ce changement d'organisation du trvail et des programmes ? Serait-ce les défections justement ?
Bonne continuation.

Guillaume Bersac 07/09/2015 23:50

Le staff communique assez peu avec les élèves donc nous n'avons pas toujours beaucoup d'information sur leur motivations.

L'un des objectifs est de nous obliger plus à être autonome et un autre de nous permettre de travailler en parallèle de nos études ou encore de nous laisser le temps de rendre nos projets vraiment peaufiné.

Pour ce qui est des défection, je crains qu'au contraire elle ne les augmente. Beaucoup sont tout simplement incapable de travailler sans quelqu'un qui les surveille (regarder dans les facs, même avec un prof, l'absentéisme est fort).